•  

     Commencée bien avant la Libération,

    stimulée par la propagande de Londres, d'Alger et de la résistance ,

    par la répression depuis le débarquement,

    la justice populaire se déchaîne à mesure

    que se retirent les Allemands,

    sous le double signe du talion et de la révolution sociale.
     

    Toute période de grand trouble révèle des tueurs,

    des tortionnaires.

     

    On ne doit pas leur identifier toute la Résistance.   

      

      

      

        

     

     

     

    chasse aux collabos en 1944

      

    Voici le « collabo » jeté dans une pièce qui a dû être le salon de l'épicier.

      

    S'y trouvent déjà un gendarme portant au front la mention « vendu », tracée à l'encre, un négociant de Marmande dont le visage tuméfié dit le traitement qu'il a da subir, trois dames légères au crâne rasé et un garçon de quatorze ans, qui s'est inscrit aux Jeunes du P.P.F.

     


    Au cours de la nuit, le « salon » reçoit un nouvel hôte.

      

    Un garagiste de La Réole.

     

    Il a été sérieusement tabassé pour avoir effectué des réparations aux voitures des officiers allemands.

     


    L'un de ses cousins, accusé d'avoir vendu sa marchandise aux occupants, a été, avec sa femme et son fils, collé à un mur et abattu à la mitraillette.

      

    Un des gardes-chiourme leur apporte du pain.

      

    Ce sera le seul ravitaillement durant les trois jours et les trois nuits passées dans cette première geôle.

     

    chasse aux collabos

      

      

    Le gardien leur annonce l'arrivée d'une grosse prise.

      

    Un dénonciateur capturé à Nérac.

      

    Vous allez entendre ce que vous allez entendre...


    L'homme est enfermé dans la cave.

      

    On entend les coups mats de gourdins et de nerfs de boeuf assenés sur son corps nu.

    Cela dure des heures.

      

    Parfois les hurlements cessent.

      

    Mais le supplice n'est pas achevé.

      

    De longs râles disent qu'il n'a pas fini de souffrir. Il sera achevé au matin.

     

    casse aux collaborateurs en 1944 et 1945

     

     

     

     

     

     

     

    « NIMES - Madame POLGE Lili Marleen ou l’histoire étonnante d’une chanson célèbre trop méconnue »
    Partager via Gmail DeliciousGoogle Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter