• Arletty et l'Épuration : "Je suis un gentleman !"

     Afficher l'image d'origine

     

    Arletty et l'Épuration :

    "Je suis un gentleman !"

     

     

    Pendant l'Occupation, Arletty n'arrêta pas de travailler et tourna six films,

    dont Les visiteurs du soir (1942) et Les enfants du paradis (1943),

     

     

    mais jamais avec la Continental, dirigée par les Allemands !!!

    - le projet de Marcel Carné,

    Les évadés de l'An 4.000 ayant avorté.

     

    "Les enfants du paradis" (1945):

     

     

    En 1941, sur le tournage de Madame Sans-Gêne, le réalisateur Roger Richebé lui demande d'intervenir auprès d'un colonel de la Luftwaffe, Hans Jürgen Soerhing, pour qu'il accepte de prêter le château de Grosbois, quartier général de l'aviation allemande, pour le film.

     

    Cet homme de 33 ans, qui parlait couramment français, lui avait déjà été présenté quelques mois auparavant.

     

     

    photo  de  ARLETTY:

     

     

     

    Dès lors, elle s'afficha à ses côtés partout, dans les soirées mondaines, à l'ambassade d'Allemagne, au restaurant, ce qui lui valut un jour d'entendre à la radio qu'elle avait été condamnée à mort par les Résistants !

     

    Le lendemain, elle rétorqua à un journaliste

    qu'il l'interrogeait sur cette information

    "Ni chaud, ni froid !".

     

     

    Arletty & Jean-Louis Barrault / Les enfants du Paradis / Marcel Carné:

     

    En 1943, sur le tournage des Enfants du paradis, elle tombe enceinte de Hans,

    avorte et n'ose pas accepter sa demande en mariage.

     

     

    Les enfants du Paradis --écrit par Jacques Prevert:

     

     

    Les Américains débarquant en Sicile, l'ambiance est lourde à Nice, où se tourne le film de Marcel Carné. Robert Le Vigan s'enfuit en Allemagne

    et Arletty a peur pour son amant qui se bat à Monte-Cassino.

     

     

     Les Années Elégantes:

     

     

    De retour à Paris, elle use de son influence auprès des Allemands pour sauver la vie

    de Tristan Bernard, Sacha Guitry s'en attribue tout le mérite,

    d'où quelques années de brouille.

     

     

    A la Libération de Paris, en août 1944, Arletty fait le choix de rester à Paris, malgré les conseils de son amant.

     

    Elle se cache chez un jeune assistant de cinéma, puis chez Lana Marconi,

    puis chez un médecin qui lui conseille finalement de se laisser arrêter.

     

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

    Conduite au dépôt puis à Drancy (ancien lieu d'internement avant la déportation des juifs)

    peu après, elle rétorque aux FFI la célèbre réplique de Hôtel du Nord :

     

     

     

    "Pour une belle prise, c'est une belle prise !".

     

     

    Hôtel du Nord : Arletty.:

     

    Lors de son procès, elle ne se démonte pas, bien consciente de l'injustice que représente sa condamnation morale.

     

    A un préfet qui lui demande le nombre de ses conquêtes féminines,

    elle rétorque

     

    "Je suis un gentleman !".

     

    Quand le même individu la questionne un matin sur son état de santé,

     

    elle plaisante :

    "Pas très résistante".

     

    Arletty devint le symbole de la "collaboration horizontale "

    celle qui avait couché avec l'occupant, une traitrise absolue.

     

    SAUF qu'ARLETTY n'a jamais TRAHI personne !
    n'a JAMAIS DENONCE qui que ce soit
    comme les rats ANONYMES FRANCHOUILLARDS!
    les ROIS de la DELATION !
    qui connaissaient le chemin des KOMMANDANTUR
    et les BOITES aux LETTRES !!

    Elle était AMOUREUSE

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Elle hésita à se raser les cheveux, mais personne n'ose le lui faire.

     

    Henri Jeanson lui souffla une réplique restée aussi célèbre que celles de ses films, comme l'ultime défense d'une femme tombée amoureuse d'un Allemand :

     

     

    "Mon cœur est français mais mon cul est international !".

     

    0000276056_015

    Frappée d'une interdiction de travailler pendant trois ans, Arletty fut placée en résidence surveillée à quelques kilomètres de Paris.

     

    Son idylle avec Soerhing continua encore quelques temps avant de s'effacer doucement, la distance aidant.

     

    Elle recommença à travailler dès 1949 avec Portrait d'un assassin,

    de Bernard Rolland.

     

    A la fin de sa vie, quand on évoqua la possibilité qu'elle obtienne

    la Légion d'Honneur,

    elle se contenta de citer la phrase de Marcel Aymé :

     

     

     

    42_17285207

     

    "Vous pouvez vous la carrer dans le train !"

     

     

     

    Sources /

    http://lagedorducinemafrancais.blogspot.fr/2012/10/arletty-et-lepuration-je-suis-un.html

     

     

     

     

     

     

    « Sacha Guitry et l'Épuration : le jugement du Tout-Paris !Van Cleef & ,S et J Arpels à Vichy »
    Partager via Gmail DeliciousGoogle Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter